Procrastination et écriture, comment l’éviter ?

Derrière ce terme barbare se cache un simple fait, celui de remettre au lendemain les tâches que nous pourrions faire aujourd’hui. Tout le monde a reporté une tâche à un moment donné de sa vie. 

Mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous procrastinez? Alors que certains considèrent cela comme de la paresse, il pourrait y avoir bien autre chose en jeu, soit la peur de ne pas être à la hauteur, le perfectionnisme, le manque de motivation ou l’ampleur de la tâche à accomplir.
Écrire un roman est un travail de longue haleine à envisager sur le long terme, or nous avons tous besoin de reconnaissance immédiate. Mais cette tendance est source de stress, d’anxiété et de culpabilité.

Dans notre formation Écrire Un Livre Accrocheur, nos coaches seront là pour vous aider à vaincre les blocages et pour passer à l’action, mais voici déjà quelques réponses et solutions pour changer certaines habitudes.

“ La route de l’enfer est pavée de travaux en cours”, Philip Roth

Steven Pressfield, l’auteur de “La Guerre de l’Art, pense que la procrastination est une forme de résistance. Dans son livre, il identifie l’ennemi auquel nous devons tous faire face. Il y a un antagoniste en chacun de nous, qui nous empêche d’atteindre nos objectifs.
Qu’il s’agisse d’écrire un roman ou de peindre un chef-d’œuvre. Pressfield continue ensuite à esquisser un plan de bataille pour conquérir nos ennemis internes.

Pour beaucoup d’entre nous, cet ennemi peut être la procrastination. En vérité, il y a un million de raisons pour lesquelles nous manquons de motivation ou d’inspiration pour remplir nos pages blanches et nous sommes tous différents, mais en voici quelques-unes courantes 

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Parce que nous avons peur

    La peur est l’une des principales raisons pour lesquelles nous procrastinons. Le Dr Carol Dweck, psychologue qui étudie la motivation à l’Université de Stanford, estime que les écrivains sont souvent paralysés par la perspective d’écrire quelque chose qui n’est pas très bon. Cependant, la crainte de ne pas finir avant une date limite l’emporte généralement sur celle de livrer quelque chose de terrible. On pense également que la « peur d’être démasqué comme un incompétent, celui que vous pensez être est si courante qu’elle porte en fait un nom clinique : le syndrome de l’imposteur (voir notre article précédent sur ce blog). Nous passons trop de temps à nous inquiéter sur le fait de ne pas être assez bons, pas à la hauteur, mais nous devons nous rappeler qu’en fin de compte, nous sommes toujours nos plus méchants critiques et beaucoup de nos craintes sont généralement injustifiées.  Pourquoi écrire et procrastiner vont souvent de pair…

    Parce que nous manquons d'inspiration

    Lorsque nous ne savons pas quoi écrire ou que nous manquons d’inspiration, notre motivation peut être gravement altérée, ce qui inhibe notre potentiel à créer ce que nous sommes destinés à produire. Parfois ce manque d’inspiration découle de notre désir d’être parfait, mais tout ce dont vous avez besoin est une idée. Une fois que vous avez une idée, vous avez le potentiel de créer quelque chose d’incroyable.

    Pour surmonter un manque d’inspiration, vous devez vous engager activement dans ce que vous faites. Si vous écrivez un livre sur une prison, allez interviewer des détenus ou des agents correctionnels, ou allez visiter une prison afin de vous faire une idée de ce que vous écrirez sur le monde carcéral (un univers en soi). Parfois, vous avez besoin d’un changement de décor ou simplement d’une courte pause. Il y a un million de façons différentes de s’inspirer, mais nous le faisons tous différemment.

    Selon l’auteur Joanna Penn, la procrastination prend plusieurs formes. Il ne s’agit pas seulement de perdre son temps sur les réseaux sociaux ni sur Netflix ou encore de faire la vaisselle, mais plutôt de vous donner bonne conscience en faisant quelque chose qui vous donne l’impression d’avancer :

    • Lire des blogs sur l’écriture
    • Acheter plus de livres sur l’écriture
    • Ranger son bureau pour être prêt à écrire… très bientôt…
    • Passer du temps avec d’autres écrivains (hors ligne ou en ligne) et parler d’écriture.

    Nous passons beaucoup de temps à penser à écrire sans vraiment écrire, c’est le signe clé de la procrastination.

    Réfléchissez, Quelles sont vos méthodes habituelles de procrastination ?

    Identifier les causes

    D’après Chris Bailey dans son livre “The Productivity Project”, il y a six raisons pour lesquelles les gens peuvent remettre à plus tard l’écriture d’un texte ou tout autre tâche :

    1) C’est difficile.
    2) C’est ennuyeux.
    3) C’est frustrant.
    4) C’est non structuré ou ambigu.
    5) Cela n’a pas de sens.
    6) Pas de reconnaissance immédiate.

    Parfois, l’écriture d’une scène est difficile, parfois une incohérence apparaît dans le texte ou la structure. L’écriture peut aussi être ennuyeuse, surtout lorsque nous travaillons sur des passages nécessaires mais que nous jugeons sans intérêt .

    Et lorsque nous travaillons sur des scènes difficiles, ou lorsque nous sommes confrontés à une structure compliquée, c’est frustrant. Si vous n’avez pas de plan, vous manquerez de direction, ce qui peut aussi conduire à remettre le travail à plus tard ou à ne jamais le faire.

    Enfin, terminer un manuscrit complet – ou même un premier jet – prend du temps, ce qui peut être épuisant et amener de la démotivation. On ne retrouve plus le sentiment d’accomplissement, de progrès, de satisfaction, d’objectif, qui renforcaient nos motivations.

    A cette liste j’ajouterais un autre petit monstre : le doute.

    Le manque de confiance dans nos compétences ou dans la légitimité de vos histoires. Le doute est un facteur important dans la vie de tant d’écrivains qu’il vaut la peine d’être mentionné. Dans ce cas, je vous invite à relire un autre article sur ce blog : La confiance en soi et l’écriture.

    Mécanisme de défense

    Être un habitué de la procrastination est compréhensible compte tenu des distractions constantes dont nous sommes entourés, mais, paradoxalement, elle peut devenir une partie importante du processus d’écriture. Nous faire réfléchir aux tâches vraiment importantes

    Si vous y pensez une minute, ce que nous faisons est complètement fou: créer quelque chose à partir de rien, raconter une histoire ou raconter sa vie, demander à un lecteur de donner de son temps et de partager un fantasme, un rêve, une conversation, pour saisir le moment (pour un moment) et essayer de le retenir avant qu’il ne s’éclipse »-
    David Ulin dans “La procrastination comme outil créatif”.

    La procrastination est souvent utilisée comme mécanisme de défense. Une idée et une page blanche sont parfaites, mais une fois que nous commençons à mettre cette idée en mots, cette perfection s’amenuise au fur et à mesure de l’écriture. Procrastiner est une stratégie pour atténuer la peur et l’anxiété. Malheureusement elle en génère aussi.

    Acceptez d’avoir peur et cherchez à apprivoiser ces peurs, écoutez-les, sont-elles raisonnables? Soyez plus rationnels, que risque-t-il effectivement d’arriver? Souvent c’est la peur de la peur qui balaie nos bonnes résolutions, la plupart d’entre elles n’ont pas lieu d’être.

    Pour surmonter cela nous devons écrire malgré les problèmes que nous pouvons rencontrer. La tension entre ce que nous souhaitons et ce que nous réalisons ne peut être surmontée que si nous travaillons. Après tout, Hemingway lui-même a affirmé que « le premier brouillon de n’importe quoi n’est jamais bon ».

    En utilisant les bons outils et techniques et en adoptant le bon état d’esprit, vous pouvez être plus productif et surtout, passer à l’action. J’ai rassemblé dix trucs et astuces. Certains vous débloquent. Certains clarifient votre pensée. D’autres sont là pour tuer les distractions. Et certains peuvent vous aider à changer vos habitudes. Ensemble, ils attaquent le problème du passage à l’action sous plusieurs angles. Essayez-les !

    10 solutions pour éviter de procrastiner

    1. La technique Pomodoro, un éléphant se mange en tranches.

    La plupart du temps, on a l’impression que la seule « vraie » ligne d’arrivée c’est lorsqu’on écrit, le mot “fin”. Cette récompense fabuleuse et lointaine, vous ne savez pas quand elle arrivera. Pas étonnant que la motivation s’étiole et s’en aille.

    Ce sera beaucoup plus facile si vous vous donnez des petits objectifs – ou dans tous les cas, quelques-uns d’entre eux. 

    • Utilisez une minuterie (en forme de tomate, d’où le nom de cette technique), et réglez-la sur 25 minutes. 
    • Écrivez en fonction du mini objectif choisi – par exemple, quelle est la faille de votre personnage principal, à quoi ressemble son univers, décrire un lieu dans lequel il évoluera ou encore qui sont les personnages secondaires? Écrire une scène…
    • Travaillez sur la mini-tâche jusqu’à ce que vous entendiez la sonnerie de la minuterie.
    • Prenez une pause. Vous n’êtes pas obligé de terminer la mini-tâche tout de suite. Le but ici est d’écrire pendant 25 minutes. Après votre pause. Recommencez et continuez sur le mini objectif ou si vous avez terminé, commencez en un autre.
      C’est beaucoup plus facile que de simplement viser un gros objectif final et très éloigné. Parfois même, vous n’aurez plus envie d’arrêter.

    2. Faites des recherches, trouver des réponses.

    La recherche et la documentation sont le socle de nos écrits, si pas la partie la plus importante de votre préparation. Donc, si vous n’êtes vraiment pas sûr de ce sur quoi vous voulez écrire, rien de mieux que de s’informer. Continuer à surfer, à lire des livres qui concernent votre idée, à faire des interviews ou rencontrer des personnes en rapport avec votre sujet ou thématique. Lisez d’autres romans sur le même sujet ou encore des livres techniques. Prenez note de tout ce qui est intéressant et qui pourra devenir l’eau qui fera tourner le moulin de votre histoire.
    Faites une carte mentale avec tout ce qui viendra nourrir votre récit.

    3. Magique MindMap ou carte mentale.

    Si l’écriture est le problème, essayez de ne pas écrire. Je sais que cela semble étrange. Mais il existe plusieurs façons d’avancer sans avoir à écrire un seul mot de votre document. Les cartes mentales en sont une. C’est un outil polyvalent (nous les détaillons dans notre formation en ligne « Écrire Un Livre Accrocheur). Mais l’idée de base est très simple. Pour créer une carte mentale, suivez ces étapes : 

    • Notez le sujet au milieu de la page. 
    • Écrivez les aspects du sujet qui l’entourent. 
    • Examinez chaque aspect et réfléchissez-y. 

    Tracez une ligne pour chaque nouvelle idée ou information et continuez ce processus en rayonnant vers l’extérieur. 

    • Continuez à poser des questions telles que Pourquoi ? Comment ? Quoi ? Quand ? Où ? et qui? jusqu’à ce que vous soyez satisfait d’avoir noté tout ce que vous savez sur le sujet. 

    Vous trouverez plus de solutions et réponse sur le mindmapping dans notre article de blog sur Du temps pour écrire

    Le simple fait de mettre quelque chose sur papier vous aidera à entrer dans le flot. Il en va de même lorsque vous êtes face à face avec votre redoutable ennemi juré : l’écran vide…

     4. Écrivez n’importe quoi, charabia exigé.

    Hwgeuwhfeouwfewlfjewfn. Blub blub blub blub flep flep flep flep. Trolololololo. Se sentir mieux? Génial. Le soulagement de remplir l’espace blanc et de faire bouger vos doigts peut être bon en soi pour bannir la peur d’y aller. (Abandonnez l’idée que c’est ridicule – si cela vous aide à démarrer, c’est tout ce qui compte.) Le simple passage à l’action peut parfois booster votre créativité. La tactique suivante montre comment vous pouvez aller encore plus loin dans cette liberté totale.

    5. Rédigez d’abord un brouillon.

    Si vous visez une écriture parfaite dès la première fois, c’est mission presque impossible.
    Il est simplement très difficile d’écrire un contenu brillant et sans erreur dès le premier jet. Un excellent contenu vient après moult relectures et réécritures. Mais si vous essayez d’écrire et de corriger en même temps, vous vous paralysez sans raison valable. Alors donnez libre cours à votre imagination sans écouter la censure interne et les voix intérieures qui vous sabotent. Essayez de rédiger le plus rapidement possible, en laissant derrière vous les fautes d’orthographe ou les phrases qui ne sonnent pas très bien, sachant que vous reviendrez corriger votre récit plus tard. Et relâchez la pression :

    6. La perfection n’existe pas.

    La règle des 90 %. 
    Essayer de se donner à 100 % est une bonne recette vers l’échec. Le psychologue sportif et coach Robert Kriegel l’a vu en travaillant avec des espoirs olympiques de sprint. Les sprinteurs étaient tendus et angoissés lors des essais. Alors Kriegel leur a proposé de courir à 90 % de leur capacité normale. Les résultats ont été surprenants. Le groupe courait plus vite en ne donnant pas les 100%. L’un de ses sprinteur a même établi un record du monde non officiel.
    C’est pareil pour les écrivains. Essayer d’être le meilleur tout le temps, c’est trop de pression. Lâchez du leste, juste un peu de mou. Soyez bienveillants avec vous-même.

    7. Si vous êtes bloqués, demandez vous pour qui vous écrivez.

    C’est peut-être simplement parce que vous ne savez pas vraiment ce que vous devriez écrire et pourquoi. Cela peut être difficile à admettre, surtout si vous êtes plongé dans le processus d’écriture. Mais pour certains projets, il est peut être préférable de vous éloigner de votre écran et de vous demander pour qui vous écrivez, qu’est-ce que votre lecteur aimerait lire ?

    Faites le profil type de votre lecteur, qui est-il ? Que fait-il ? Qu’est ce qu’il apprécie dans la vie. Est-ce un homme, une femme, un adolescent ? Quel âge a-t-il ?

    8. Récompensez-vous, ou pas ! 

    La mise en place d’un système de récompense ou d’anti-récompense revient à apprendre à connaître votre relation à la pression. Si vous vous mettez souvent trop de pression, essayez de mettre en place un système adéquat et de nouvelles habitudes.

    Cela pourrait être simplement de manger un biscuit et boire un thé après une session d’écriture réussie, ou vous acheter un nouveau livre après avoir écrit tous les jours pendant une semaine, ou encore passer plus de temps à regarder votre série préférée. Cela bien entendu, après avoir franchi une nouvelle étape dans l’écriture de votre manuscrit. 

    Une autre tendance pourrait être que vous réagissez bien à une petite pression saine, je vous encourage alors à essayer de mettre en place un système anti-récompense. En d’autres termes, essayez la « punition » pour vous motiver à écrire.

    Par exemple, si vous n’atteignez pas votre objectif d’écriture, vous pourriez placer les 10 ou 20 euros que vous alliez dépenser pour un nouveau livre, dans des économies. Ou vous pouvez vous priver de ce délicieux biscuit ou de quelques heures de série ou jeux vidéo.

    Quoi qu’il en soit, l’idée de ne pas faire les choses que vous aimez pourrait vous motiver à  mettre les mains à la pâte ou plus précisément au clavier et à écrire votre roman, à devenir l’écrivain que vous méritez d’être. 

    9. Racontez ce que vous voulez écrire.

    Nous communiquons nos idées en parlant bien avant de commencer à le faire par écrit. Pour beaucoup de gens, parler vient encore plus naturellement et plus facilement qu’écrire. Donc, si vous avez du mal, arrêtez de taper et parlez à quelqu’un. Nommez les points principaux de votre roman, sur ce que vous écrivez et pourquoi. Vous constaterez que lorsque vous parlez de manière plus conversationnelle, vous ne pouvez pas vous permettre d’être vague et vous devez vous faire comprendre. Ensuite, une fois que les idées se remettent à circuler, transférez-les sur la page. Si vous n’avez personne à qui parler, imaginez un auditeur virtuel, ou tout simplement parlez vous à vous même.

    10. Rappelez-vous pourquoi vous écrivez

    Trop souvent, nous pouvons être tellement perdus dans le processus d’écriture que nous ne nous souvenons plus du pourquoi nous écrivons. Mais il est bon de garder ce “pourquoi” à l’esprit et d’y revenir le plus souvent possible.

    Essayez quelques-unes des idées ici ou dans d’autres articles du blog, trouvez ce qui fonctionne pour vous et écrivez. Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon de relever d’autres défis, je vous invite à la conférence en ligne gratuite que je donne sur l’écriture, il vous suffit de vous inscrire en CLIQUANT ICI

    Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à la conférence en ligne gratuite que je donne sur l’écriture, il vous suffit de vous inscrire en CLIQUANT ICI

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Retour haut de page