Comment écrire un livre ?

Lorsqu’on veut écrire son livre, que ce soit un roman, un livre de conseils ou l’histoire de sa vie, on a un peu tendance à se jeter sur la page et à penser que tant qu’on y déverse ses idées, tout va rouler au mieux. Que c’est facile de pondre un e-book, que les idées vont naturellement laisser place à l’écrit. Que les personnages vont prendre vie naturellement.

Se lancer dans l’écriture de son livre, c’est enthousiasmant, passionnant, exaltant… Mais pas si simple que ça au final.

Voici mes meilleurs conseils d’écriture pour que votre livre, votre histoire, soit une réussite. Que vous ayez envie de raconter l’histoire de votre vie, d’écrire un roman, ou un livre de conseils, vous avez totalement raison de vous lancer dans son écriture.

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Pas si facile de se lancer dans l’écriture de son premier livre…

    Mais n’est pas Bernard Werber ni Stephen King qui veut. L’idée de départ ne se mue pas si facilement en personnage, l’histoire ne se déroule pas sans accrocs ni méandres, et il se peut que votre écriture laisse place très vite à une page blanche. Ou que vous ayez trop d’idées… Ou que votre histoire se retrouve sans queue ni tête.

    Sans compter que vous manquez décidément de temps pour tout ça…

    Il se peut très vite que votre projet de devenir un des best-sellers d’Amazon (ou de la FNAC, en France), ne laisse place à un gros travail, harassant et plus du tout agréable.

    Il se peut aussi que, si vous avez terminé fièrement votre manuscrit,  vous ne receviez aucune réponse des maisons d’édition à qui vous l’avez envoyé. Que vous vous demandiez comment arriver à le publier. Que vous ayez la fâcheuse impression que vous ne serez jamais auteur, que vous n’aurez jamais de lecteurs, que votre livre ne sera jamais publié et que toute cette histoire n’était qu’une mauvaise idée, finalement…

    Ça, c’est souvent ce qui se passe lorsque c’est un premier livre. Est-ce une raison pour abandonner votre projet ? Pas du tout. Quels que soient votre impression ou vos ressentis, ne doutez pas un instant que vous soyez en droit d’apporter votre contribution au monde littéraire d’aujourd’hui. Il est possible, facile et même très agréable de se lancer dans l’écriture et l’édition de son propre livre. Ou de trouver une maison d’édition. Et votre histoire, votre récit de vie, votre roman en vaut totalement le coup, soyez-en sûr(e) !

    Votre histoire mérite d’être publiée, éditée

    Quel que soit votre projet, vous avez raison de vouloir en faire un livre. Faire un roman de sa vie, c’est possible. Se lancer dans sa biographie, que ce soit pour soi, pour sa famille, ou pour interpeller les autres, et les aider, c’est le plus magnifique des projets.

    Alors, comment faire ? Tout est dans la méthode, dans les actions que vous allez mettre en place.

    Mes Conseils d’écriture de roman, pour écrire enfin son livre !

    Premier conseil : Écrivez !

    Cessez de vous projeter, de penser au résultat final. Vous aimez écrire ? Alors, écrivez ! Prenez du plaisir à noircir des pages à écrire. Laissez-vous embarquer par vos émotions dans un premier temps. Prenez votre pied en écrivant, bon sang ! Soyez heureux. C’est la base de la base de toute activité. Et c’est déjà une rétribution en soi. Ne passez pas à côté de celle-ci, parce que personne d’autre que vous ne peut vous autoriser à le faire

    Deuxième conseil : N’écrivez plus !

    Si, si… Croyez-le ou pas, la qualité de votre roman, de votre récit de vie et de votre écriture va directement découler de votre capacité à accorder du temps de repos à votre esprit. Si vous voulez augmenter la qualité de votre histoire, de vos histoires, alors il faut les laisser reposer (pour que l’empreinte émotionnelle que vous avez posée dessus puisse s’évaporer un peu), et revenir dessus avec un œil analytique. Après le cerveau droit, confiez vos écrits à votre cerveau gauche. Mais gardez un œil positif : dans tout texte il y a du bon comme du mauvais. Ne focalisez pas sur le mauvais. Soyez objectif. POSITIF !

    Troisième conseil : lire beaucoup de livres ou de nombreuses histoires ne vous aidera pas !

    De nombreux écrivains conseillent de lire beaucoup pour développer son regard critique. Je fais exception à la règle. La majorité des gens qui lisent beaucoup le font dans un état d’esprit de détente. Ils prennent le livre comme un passe-temps, se laissent emporter par l’histoire et ne sollicitent absolument pas leur cerveau analytique. Dans cette situation, il faut des années et des centaines de livres pour acquérir un regard critique. A ce moment-là, votre analyse passe majoritairement par l’inconscient, ce qui est extrêmement compliqué à maîtriser. Pour moi, ce n’est pas la méthode qui peut vous aider. Au mieux, vous pouvez récupérer des idées dans le livre et les mettre à votre sauce, mais exploiter une histoire pour apprendre, c’est un vrai travail, extrêmement fatigant, et qui ne peut se faire que page par page.

    Quatrième conseil : Structurez vos histoires

    Je conseille plutôt à tous les écrivains débutants de prendre des structures d’histoires éprouvées et de les appliquer à la lettre dans les premiers livres. Tous les enfants passent par le quatre pattes pour apprendre à marcher. L’écriture ne fait pas exception à la règle. Typiquement, le monomythe de Joseph Campbell est un must, toujours exploité par Hollywood de nos jours, dans tous les genres, et depuis les années 70. Apprenez à écrire une histoire, d’abord, pour écrire vos romans. Peu importe le style, qui se développera et s’affinera sur le long terme. Si l’histoire fonctionne, l’écrit sera bon, et le roman aura un potentiel de succès. Pour que l’histoire fonctionne, elle doit respecter les règles d’écriture des histoires. La structure en trois actes a été énoncée par Aristote il y a 2000 ans, et si on l’utilise toujours de nos jours, c’est bien parce qu’elle a fait ses preuves. C’est le B. A. BA. de tout écrivain débutant

    Cinquième conseil : l’écriture au quotidien

    Adoptez une routine d’écriture. Pour cela, mettez en place des habitudes, un conditionnement. Vous verrez que vos histoires, votre technique, vos personnages, vont grandement en bénéficier.

    Sixième conseil : demandez de l’aide à un autre écrivain

    Demandez un avis extérieur. Il est toujours bon d’avoir un regard externe pour analyser la qualité de nos écrits. Typiquement, le mieux, si vous avez terminé un livre, c’est un comité de lecture d’une maison d’édition. Des personnes qui ne vous connaissent pas, et qui ont l’habitude de la lecture analytique. Difficile à trouver, et surtout d’avoir des retours, en général, il faut tester plusieurs maisons d’édition. Il existe des forums de bêta-lecteurs sur les réseaux sociaux ou en dehors. Là, se pose juste la compétence des personnes qui vous font un retour. Mieux vaut prendre en considération ceux qui travaillent dans ce type d’activités. Je ne recommande pas l’entourage, qui non seulement n’a pas forcément les qualités analytiques appropriées, mais surtout ne sera pas objectif pour ne pas vous faire de peine (et on peut le comprendre)

    Septième conseil : Ecrire un roman ou récit de vie est une école de compassion

    Comprenez qu’écrire est un chemin d’apprentissage. Soyez bon avec vous-même. Faites preuve d’indulgence. Et aimez-vous autant que vous aimez écrire. Accordez-vous le temps de passer de la maternelle au lycée, puis aux études supérieures.

    Huitième conseil : Apprenez à écrire un roman

    Ça coule de source : vous voulez vraiment vous améliorer ? Prenez des cours. Allez à l’école, comme tout bon apprenant. On ne sort pas des personnages crédibles d’un chapeau, par exemple. Ça demande de très bien comprendre le rôle de chacun dans l’histoire. Ce sont vos personnages, et votre personnage principal, en particulier, qui va créer le lien avec le lecteur. Choisissez avec soin la personne qui va vous enseigner. Il existe maintenant des master class d’écrivains connus. Pour les avoir suivies, je trouve que le résultat est “très léger” en termes pédagogiques, mais ce n’est que mon avis personnel. On peut être très bon dans un domaine, et le pire enseignant du monde. Il y a aussi beaucoup de scénaristes qui ont suivi les cursus français (qui sont parmi les plus durs au monde), et qui meurent de faim à cause de la très faible qualité de la production française. Ces gens-là, parfois, donnent des cours pour survivre, et certains sont vraiment bons. Malheureusement, vous ne pourrez pas savoir si une méthode vous convient avant de l’avoir testée par vous-même.

    Neuvième conseil : Apprenez à publier votre roman

    La publication et l’édition, le travail de préparation de votre manuscrit, ne sont pas non plus des données innées. Il vous faut apprendre les différentes formes d’édition des livres : édition à compte d’éditeur, ou d’auteur, édition libre ou auto-édition via Amazon, ou la Fnac. Pourquoi faut-il avoir un manuscrit qui soit conforme à l’édition ? Pour votre lecteur, pardi ! Vous voulez vendre votre livre ? Alors il doit avoir suffisamment de qualités, que ce soit dans son contenu, mais également que ce soit un beau livre, agréable pour vos lecteurs. Qu’ils en « aient pour leur argent ». Il vous faut donc apprendre comment faire, ou au moins comment présenter votre livre à un éditeur, afin d’optimiser votre taux de réponses. Et lequel choisir. Ça aussi, ça s’apprend.

    Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à la conférence en ligne gratuite que je donne sur l’écriture, il vous suffit de vous inscrire en CLIQUANT ICI

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *