Comment trouver son éditeur / Comment faire publier son livre

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Comment savoir si on a le niveau d’envoyer un manuscrit à une maison d’édition ?

    Si c’est votre premier roman, que vous l’avez écrit spontanément sans apprendre la science de la narration, ou si c’est votre biographie, alors clairement, aucun éditeur ne vous signera de contrat.

    C’est un peu comme si vous vous faisiez un gâteau dans votre cuisine, juste parce que vous aimez manger des gâteaux, et que vous vous présentiez à la pâtisserie de votre quartier en demandant au patron de vendre votre production pour vous.

    Vous pensez réellement qu’il va être d’accord ?

    C’est exactement ce qui se passe avec les maisons d’édition actuellement. Elles croulent sous les manuscrits “spontanés”, de personnes qui n’ont jamais appris à écrire, mais qui pensent avoir du talent parce qu’elles aiment lire.

    Maintenant, si votre livre est déjà écrit, ça ne veut pas forcément dire qu’il n’y a rien de bon dedans. Mais au lieu de l’envoyer directement à une maison d’édition, proposez-le, gratuitement, à un bêta-lecteur.

    Un bêta- lecteur est un gros lecteur, qui adore le genre de livres que vous avez écrit, et qui le prouve en publiant de façon très régulière des posts sur son blog ou sur ses réseaux sociaux. Cherchez-en plusieurs, et demandez gentiment. En effet, vous allez lui prendre du temps.
    Peut-être qu’il ou elle n’en lira que les premières pages.
    Mais respectez son avis scrupuleusement.

    … et 100 fois sur le métier remettre son ouvrage.

    Il n’y a aucune raison pour qu’une maison d’édition refuse un manuscrit qui ne soit pas vendable. Mais par contre, il est très possible que le vôtre ne le soit pas avant que vous l’ayez bien travaillé.

    Ce qui veut dire apprendre à écrire, et apprendre à vendre son manuscrit, même si on le confie à une maison d’édition. D’ailleurs, les maisons d’édition ne s’embêtent plus, maintenant : elles offrent directement des contrats aux auteurs indépendants qui vendent beaucoup de livres sans elles.

    En fait, le premier pas est d’apprendre à écrire. Le second, d’apprendre à vendre. Ensuite seulement vous vous demanderez s’il est rentable pour vous de travailler avec une maison d’édition… ou pas.

    Si d’aventure, vous voulez en savoir plus, et avoir mon accompagnement pour écrire vos romans, vous pouvez vous inscrire à une conférence gratuite où j’explique tout ça en CLIQUANT ICI

    Quelle est pour vous la meilleure façon de publier votre livre ?

    La réponse est loin d’être aussi simple que la question.

    En fait, elle sous-entend une autre question : Tout dépend de vos objectifs, de qui vous êtes et de ce que vous attendez de cette publication.

    Si vous pensez qu’être un auteur publié consiste à écrire ses livres dans son coin, envoyer son manuscrit à sa maison d’édition et vivre confortablement de vos mots, alors je suis navrée de vous décevoir : cette vision idyllique ne se produira jamais.

    La clef est dans la compréhension de ce qu’est la publication. La publication, c’est la transformation d’un manuscrit en livre. Et par livre, je veux parler d’un produit commercialisable, ce qui veut dire identifiable en tant que tel par les autorités fiscales, dont le volume de vente est traçable, et qui donne envie d’être acheté.

    Si vous pensez que votre éditeur va faire tout ce travail pour vous, vous vous mettez le doigt dans l’œil…

    De plus, il existe différentes formes de publications, et oh douce subtilité de la langue française, elles portent toutes le même nom… Ce qui donne lieu à un certain nombre d’abus de langage, voire de confiance, et une certaine méfiance des pauvres écrivains apprentis, qui se retrouvent sans le sou, ou même parfois à devoir avancer des milliers d’euros pour avoir la seule joie de tenir dans leurs mains un livre portant leur nom… Mais totalement invendable.

    Dans le monde de l’édition, il existe plusieurs types de prestations de service pour les auteurs.

    Bien sûr, vous avez le choix de tout faire tout seul, depuis la création du livre jusqu’à sa vente. Dans ce cas-là, vous devrez corriger votre livre sur le fond et la forme, concevoir sa couverture et sa quatrième de couverture, créer votre résumé d’auteur, enregistrer votre livre à la bibliothèque nationale pour qu’il ait un numéro de référencement (on appelle ça l’ISBN), trouver un imprimeur, vérifier la qualité de l’impression, puis aller démarcher des libraires pour qu’ils acceptent de le vendre pour vous, ou aller trouver des lecteurs par vous-même.

    Ça s’appelle de l’auto-édition, c’est autorisé par la loi, et vous aurez à payer des taxes sur cette activité, à l’URSSAF, et à l’AGESSA (même si cette dernière a la fâcheuse tendance d’estimer qu’un auteur qui ne passe pas par une maison d’édition n’est pas un auteur… Chacun place sa condescendance où il veut…).

    Les plus malins des auteurs indépendants utilisent les outils du web que certains géants du livre ont mis à leur disposition depuis quelques décennies, Amazon en tête. Dans ce cas-là, le statut fiscal reste le même, mais tout est automatisé, y compris dans la création du livre papier, et l’auteur a beaucoup moins de travail pour l’édition de son livre.

    D’autres opteront pour l’édition à compte d’auteur. Dans ce cas-là, un prestataire de service va facturer pour la création du livre, qu’il soit papier ou électronique. C’est ce type de prestation qui fait souvent hurler à l’arnaque des auteurs, ravis qu’une “maison d’édition” s’intéresse à leur livre… Et qui se retrouvent avec une facture conséquente à payer et un stock de livres sur les bras.
    Je ne peux que vous encourager, si vous êtes auteur, à lire avec attention tout contrat d’édition qu’on vous propose, surtout s’il y a une facture à la clef.

    Dernière forme d’édition : l’édition à compte d’éditeur. Que se passe-t-il dans ce cas ? Un éditeur professionnel a lu votre manuscrit avec attention, et il vous propose de vous éditer, sans que vous déboursiez un centime. Pourquoi ? Parce qu’il fait un pari sur vos ventes futures, et qu’il consent à avancer l’argent pour la création du livre. Cette forme d’édition est bien entendu réservée aux auteurs qui écrivent de bons livres, mais pas seulement… En effet, il faut que leurs livres correspondent à un besoin pressant des lecteurs, besoin perçu par l’éditeur. Il ne prendra en effet pas le risque d’éditer un livre qui ne se vendra pas. Ce qui explique que cette forme d’édition soit très minoritaire, au final. Mais l’éditeur ne fait pas preuve d’altruisme. En effet, il se rémunérera largement sur les ventes futures, puisqu’en moyenne, il n’octroie qu’environ 8% de royalties à l’auteur sur les ventes.

    Dans tous les cas, de toute façon, c’est VOUS, en tant qu’auteur, qui aurez à travailler votre lectorat et faire la promotion des ventes de vos livres, que ça vous plaise ou non. Et quitte à faire le travail marketing, autant que la majorité des ventes vous reviennent, comme c’est le cas dans l’auto-édition, qui rémunère ses auteurs jusqu’à 70% sur les ventes effectuées. Mais ça, c’est une opinion personnelle, chacun est libre de choisir sa forme d’édition préférée.

    Si d’aventure, vous voulez en savoir plus, et avoir mon accompagnement pour écrire vos romans, vous pouvez vous inscrire à une conférence gratuite où j’explique tout ça en CLIQUANT ICI

    Peut-on se passer de maison d'édition pour écrire un livre ?

    Peut-on se passer d’éditeur pour son livre ? Absolument !

    Peut-on se passer d’édition pour son livre ? Absolument pas !!

    Il y a maintenant de nombreuses structures qui permettent l’édition de son livre. Que ce soit à compte d’éditeur (l’auteur ne paie rien, l’éditeur se rémunère sur les royalties), à compte d’auteur (l’auteur paye ses livres, le seul rôle de l’éditeur est de transformer le manuscrit en livre), ou en tant qu’auto-édité / indépendant (les plateformes numériques comme Amazon permettent maintenant de créer un livre, format numérique et papier, sans l’intervention de personne d’autre que vous).

    L’édition, c’est la transformation de votre manuscrit en livre. C’est un travail à part entière. Et je vous recommande de le pousser avec un niveau de qualité maximal si vous voulez vendre vos livres.

    Vos acheteurs méritent le respect, et un produit aussi parfait que possible.

    Les maisons d’édition le font pour vous, mais vous pouvez le faire vous-même. Voici les différentes étapes :

    1. Corrections :

    Votre manuscrit demande des corrections sur le fond comme sur la forme. Vous devrez donc faire intervenir des gens, qui peuvent vous faire des retours sur votre histoire, comme des gens qui sont des professionnels de la correction.

    Je déconseille les logiciels de correction automatique, qui sont loin d’être aussi performants qu’un humain, à ce stade.

    2. Création du manuscrit

    Ensuite, il faudra transformer votre fichier texte en livre.

    Il y en a deux types : les e-books, ou manuscrits électroniques, et les livres papiers, qu’on appelle les “brochés” dans l’édition.

    • 2.1 : les e-books :

    Pour les livres numérique, vous avez des formats d’édition que vont vous proposer les plateformes, de même que des logiciels gratuits pour transformer votre fichier word, doc ou page en e-book. Pourquoi changer de fichier ? Parce qu’un e-book est loin d’être seulement un texte.
    Une liseuse permet de naviguer dans le texte, de rajouter des notes, de sauter de titre en titre, et surtout de modifier la taille du texte à loisir sans que la mise en page en souffre. Les types de fichiers qui permettent ça sont les e-pub et mobi (ce sont les plus utilisés).

    Les plateformes d’édition numériques valideront votre fichier final.. Ou pas. Charge à vous de le modifier pour qu’il corresponde aux critères de qualité minimaux.

    • 2.2 : les livres papier

    Ça parait plus simple… et bien c’est encore plus compliqué !

    Le manuscrit d’un livre papier doit comporter des marges suffisantes pour que les pages puissent être assemblées. Ça parait basique comme ça, mais ça impose un décalage du texte une page sur deux.

    La majorité des traitements de texte permettent de le faire de façon automatique. Mais il vaut mieux aller vérifier le résultat final avant de créer le livre. Une page qui ne comporte qu’une seule ligne de texte, par exemple, va vous coûter cher et donne un résultat peu agréable pour le lecteur.

    De même qu’un livre papier comporte des pages blanches au départ, pour faciliter la lecture.

    • 2.3 Les mentions légales

    Eh oui, il y a des mentions légales obligatoires dans votre livre ! D’abord son numéro d’enregistrement à la BNF, ce qu’on appelle l’ISBN. De même que le prix, eh oui ! La maison d’édition, si maison d’édition il y a. Si vous êtes auto-édité, c’est vous.

    Votre livre papier doit également comporter un code-barre.

    Bref, ne négligez pas les mentions légales obligatoires.

    3. Couverture

    La couverture est absolument fondamentale, surtout si vous comptez vendre votre livre.

    D’abord, elle doit donner énormément d’informations d’un seul coup d’œil au lecteur qui la regarde :

    => Le titre de votre livre et votre nom d’auteur. On s’en doute bien, mais certains auteurs débutants les oublient… Surtout, l’erreur la plus courante est de ne pas travailler suffisamment les contrastes entre les mots et le fond, ce qui les rend  illisibles, surtout que beaucoup de librairies en ligne ne donnent qu’un tout petit aperçu de la couverture. Si votre titre est illisible sur un format timbre poste de votre couverture, alors elle est mal faite.

    => Le genre de votre livre. Il y a des codes à apprendre. Un livre de Science-fiction n’aura pas la même couverture qu’un polar, ni qu’un guide pratique. Il est absolument fondamental que vous fassiez un benchmark poussé du genre de votre livre, pour que votre lecteur ne se sente pas lésé dans son achat… et surtout que vous ne ratiez pas des lecteurs qui auraient aimé votre livre, et qui n’ont pas essayé de le lire parce que la couverture ne ressemble pas à ce qu’ils ont l’habitude d’acheter.
    Petit conseil d’amie : Ne vous pensez pas plus royaliste que le roi, et n’essayez de créer votre propre genre que lorsque vous serez multi-millionnaire avec vos livres.

    => Le contenu de votre livre. Les personnages principaux, l’histoire, les points titillants de l’intrigue doivent figurer en partie sur la couverture. Pour que votre lecteur sache où il met les pieds, comme toujours.

    => Le résumé du livre. Qui doit apparaître au dos du livre (ce qu’on appelle la quatrième de couverture). Absolument essentiel pour convaincre vos lecteurs. C’est aussi un point fondamental de votre marketing si vous voulez vendre vos livres.

    => Votre photo en tant qu’auteur. Eh oui, un auteur qui se cache derrière ses livres vend moins de livres… Il faudra vous y faire, si vous ne créez pas le lien avec vos lecteurs, et si vous ne vous montrez pas, ça risque d’être très compliqué pour vous.

    => Mentions légales, sur la 4ième de couverture, comme précisé au dessus.

    La couverture est une simple image pour les e-books.

    Pour les livres brochés, par contre, elle doit comporter non seulement l’image principale mais également la 4ième de couverture. Ainsi qu’un espace pour le dos dont la taille est directement proportionnelle au nombre de pages de votre livre.
    Autant dire que si vous faites ça sur un logiciel de retouche d’images trop basique, vous allez y passer des heures. Il faut également que l’image finale soit de grande résolution, pour qu’à l’impression vous évitiez le côté granuleux d’une image trop petite.

    Il existe des logiciels gratuits, ou payants, pour créer votre couverture en quelques clics. Les plateformes de mise en ligne, Amazon Kindle Direct Publishing, par exemple, vont faire pour vous un contrôle qualité de votre mise en page et de votre couverture pour valider que votre livre est correct et publiable.

    Bref, pour conclure, oui, il est tout à fait possible d’éditer votre livre par vous-même, gratuitement, avec les outils de mise en ligne actuels.
    Est-ce que ce sera rapide et facile ? Probablement pas pour votre premier essai. Je vous encourage à éditer des nouvelles, en premier lieu, avant votre chef d’œuvre, pour pouvoir vous entraîner.

    Si vous voulez en savoir plus, et avoir mon accompagnement lors d’une formation de 14 jours sur ce sujet, vous pouvez vous inscrire à une conférence gratuite où j’explique tout ça en CLIQUANT ICI

    Ils m'ont demandé de l'argent pour publier un livre, dois-je accepter ?

    Tout dépend de ce qu’on vous propose pour ça. Toute prestation tarifée se fait dans un cadre légal. Si vous payez pour quelque chose, alors il faut que cette chose soit correctement décrite, si possible dans un contrat.

    Le souci étant qu’en France, on utilise le même mot pour édition à compte d’auteur et édition à compte d’éditeur. Dans l’une, c’est l’auteur qui finance la création du livre. Dans l’autre, c’est une maison d’édition.

    LES DEUX SONT TOTALEMENT LÉGAUX.

    Ce qui n’est pas correct, dans l’édition à compte d’auteur, c’est que la structure qui fait la prestation d’édition n’informe pas les auteurs. En particulier sur le fait que ce n’est pas la création matérielle du livre qui est compliquée. Tout le monde peut le faire, parfois après un minimum de tâtonnement…

    Non, ce qui est compliqué n’est pas de créer un livre. Ce qui est compliqué, c’est de vivre de sa plume.

    Si vous voulez en savoir plus sur l’édition de livres, et sur les moyens de vendre ses livres, alors je vous encourage à aller lire l’article complet que j’ai rédigé à ce sujet :

    Quelles sont les clés pour captiver un éditeur dès les premières pages d'un manuscrit ?

    Je dirais que la première scène d’un roman doit être exactement comme toutes les actions de promotion du livre: c’est du marketing, ni plus, ni moins.

    Mais le marketing, c’est large !

    Alors, oui, le style est important. Mais la clef est (relativement) simple : votre début doit éveiller le désir de l’éditeur.

    Pour cela, il faut déjà d’abord savoir A QUI vous l’envoyez. On ne cherche pas “un” éditeur. On veut séduire la maison d’édition qui fera de notre manuscrit un excellent produit de vente, et qui aura les bons moyens pour le promouvoir au mieux. Ça veut dire parfois, avoir des années d’expérience et des centaines de milliers de lecteurs dans le genre dans lequel vous écrivez. Et un chef de collection qui connaît son job.

    La première page d’un manuscrit est comme un CV ou une lettre de motivation pour un employeur. C’est d’ailleurs la même logique : vous voulez créer une relation à long terme qui soit profitable pour tout le monde .

    Elle doit donc être conçue pour que l’éditeur trouve ce dont il a besoin. Elle doit annoncer le genre de roman que l’éditeur VEUT.

    Les points clefs : déjà avoir une bonne histoire. Et pour ça, il faut une intrigue, dont on pose les bases. L’idéal est de la construire comme un cliffhanger, avec un pic émotionnel et une question forte.

    Mais il faut aussi que le personnage, sa faille, sa problématique principale soient abordés.

    Encore une fois, inutile de dévoiler tout le roman. Par contre, l’objectif est d’éveiller le désir avant tout.

    Comment je puis contacter personnellement des éditeurs pour publier un livre ou un article ?

    Toutes les maisons d’édition, ou presque, ont des sites internet avec leurs coordonnées.

    Derrière votre “personnellement”, je soupçonne que vous voulez pouvoir plaider votre cause pour assurer l’édition de votre manuscrit.
    Désolée de vous décevoir, mais ça ne sert à rien. Imaginez que vous postulez pour un poste, disons d’assistant, dans un grand groupe. Allez-vous exiger un entretien avec le PDG ? Certainement pas. Il a autre chose à faire que de vous évaluer, et il paye déjà des gens pour ça.
    C’est la même chose pour un éditeur.

    Votre meilleur ambassadeur, ce n’est pas vous-même.
    C’est votre livre.

    A condition que l’histoire à l’intérieur soit correctement écrite, embarque son lecteur, corresponde à la ligne éditoriale de la maison d’édition à qui vous l’envoyez, et respecte scrupuleusement le format que demande cette maison.
    Format que vous pouvez trouver en libre accès sur le site internet de la maison d’édition mentionné au-dessus.

    Ne souhaitez pas de passe-droits.

    Ecrivez de bons livres. Les maisons d’édition se battront pour les éditer.

    (Et  je dis ça d’expérience : mon tout premier manuscrit a été refusé par 5 maisons d’édition. Ensuite, j’ai appris à écrire. Mon second manuscrit a été accepté en 48h par la première maison d’édition à qui je l’ai envoyé. Je suis restée 6 ans chez eux, et j’y ai publié 3 romans.
    Pour ensuite m’en occuper moi-même, en faire des best-sellers Amazon, et en tirer un solide complément de revenu… Mais ça, c’est une autre histoire).

    Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à la conférence en ligne gratuite que je donne sur l’écriture, il vous suffit de vous inscrire en CLIQUANT ICI

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *