La confiance en soi et l'écriture

Quand on a envie d’écrire un livre, on doute toujours au démarrage… Et parfois même souvent après ! Même les écrivains qui publient et vendent beaucoup ont tendance à se torturer avant l’écriture, pendant l’écriture, et souvent même après la publication. 

Le manque de confiance en soi est une plaie extrêmement courante dans le monde de l’écriture. Si vous en souffrez, bravo, ça veut dire que vous partagez déjà ça avec les plus grands écrivains ! 

Stephen King lui-même à longtemps eu honte de ses récits, il le dévoile dans son autobiographie « Écritures ». Le simple jugement d’un adulte en qui l’on a confiance, son professeur d’anglais, lui demandait d’arrêter de rédiger des idioties pareilles. Cela peut porter ou détruire une carrière entière. Voilà comment s’installe une fausse croyance plutôt destructrice dans ce cas précis.

Ce serait dommage que cela vous bloque au point de ne pas oser montrer votre manuscrit. Dans cet article, je vais vous donner un certain nombre de techniques pour que ces peurs ne soient pas un obstacle à votre carrière d’écrivain, ou au moins à la création et à la publication de votre premier roman ou autobiographie. 

Je vais vous dire quelque chose d’important : Vous avez un trésor en vous. Votre histoire personnelle, ces émotions que vous voulez partager, que vous faites ressentir à vos lecteurs, c’est un trésor unique. Personne ne peut signer vos livres à votre place.  Croyez-moi, il n’y a pas d’histoire qui valent plus qu’une autre. Et ne pas donner vie à celle que vous portez au fond de vous, ce serait passer à côté d’une merveilleuse opportunité !

La confiance en soi se construit au cours du temps, au fur et à mesure des challenges que l’on s’impose et que l’on réussit

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Lorsque j’ai vu le premier volet de Matrix en 1999, une phrase est restée gravée à jamais dans ma mémoire, la scène où Néo combat Morpheus pour la première fois, il dit: « Don’t think you are, know you are !”. Littéralement: « On n’est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait !”. Morpheus est le meilleur des coaches quand on parle de confiance en soi. Il accompagne Néo à “croire” qu’il est l’élu, mais surtout à le devenir. J’insiste sur le mot croire, parce que nous forgeons notre réalité sur nos croyances et nos valeurs. 

    Elles nous construisent et font de nous qui nous sommes, quoique pas tout à fait…

    Neo a des croyances qui reposent sur la valeur “justice”, notez ceci, vous verrez plus loin pour quelle raison.

    Comment passer de croire à savoir?

    Tout le monde est concerné, à un moment ou l’autre, par la confiance et l’estime de soi, en tant qu’aspirant écrivain ou en tant qu’écrivain confirmé, nous avons tous des peurs et des difficultés à dépasser, celles par exemple, de ne pas y arriver, de ne pas être assez bon, de ne pas avoir fait des études de littérature, de bloquer sur la page blanche, par manque de légitimité (comprenez, le syndrome de l’imposteur), par manque de temps ou d’organisation, le manque d’idées ou trop d’idées, ou encore le manque de créativité. Toutes ces peurs ont un socle commun, la confiance en soi, alors comment développer cette confiance dont nous avons tous tant besoin et surtout comment se lancer dans la plus belle aventure de votre vie, écrire? 

    Qu’est ce qui vous empêche maintenant, de rédiger votre histoire, le roman que vous voulez? Qu’est-ce qui vous empêche de sauter le pas et de vous lancer sur le chemin de votre rêve et de partager vos écrits?

    Ce sont toutes les phrases dans lesquelles on ajoute: “ oui, mais…” ce qui suit fait généralement état de croyances obsolètes, de freins et barrières que nous mettons en place parce que le changement nous fait peur, c’est une excuse pour ne pas avancer, ce sont toutes les peurs qui nous empêchent d’avancer..

    Ce sont toutes les pensées, les opinions que vous avez forgées depuis que vous êtes nés, et que vous considérez comme étant La Vérité.

    Au bout d’un certain temps, vous avez le sentiment que toutes ces opinions, pensées deviennent votre identité.

    Ce qu’il faut savoir, c’est que notre cerveau, désolée de vous l’annoncer, manque de discernement

    Vos pensées conscientes en ce moment, ont une vitesse de 2000 bit seconde, soit deux mille informations seconde dans votre cerveau et au même moment, vos pensées inconscientes ont une vitesse de 400.000 bit à la seconde. Rendez vous compte, qu’en fait, votre pensée consciente, celle qui contient vos croyances, n’est qu’une toute petite sélection de la réalité. 

    A force de croire les mêmes choses en boucle, on fait les mêmes choses, et à force de faire les mêmes choses, on obtient les mêmes résultats. Comme on obtient les mêmes résultats, on renforce les croyances de base et la boucle est bouclée.

    Je casse une assiette et je me dis, tu vois, qu’est ce que tu es maladroite, c’est comme ça !

    Plus vous croyez à quelque chose, et plus votre cerveau va aller chercher des détails qu’il va isoler et mettre bout à bout, pour vous faire croire que ce que vous croyez, c’est la vérité. C’est son travail de confirmer les croyances que vous avez mises en place et la plupart du temps, ça fonctionne très bien et c’est très utile.

    La différence entre croyances et valeurs

    Pourquoi avons-nous peur de changer nos croyances ? Nous pensons en fait, que si nous les changeons, nous allons perdre notre identité. 

    La bonne nouvelle c’est qu’il y a une grande confusion, celle de penser que notre identité repose sur nos croyances alors qu’en fait elle repose sur nos valeurs, celles que nous avons aussi mises en place tout au long de notre vie, qui dépendent de notre milieu social, de nos expériences, de notre éducation, de l’environnement dans lequel nous évoluons. 

    Une valeur, c’est “le pourquoi“, pourquoi voulez-vous écrire, pourquoi voulez-vous raconter votre histoire, des romans, partager des messages? 

    Qu’est ce qui vous motive vraiment, là maintenant? L’amour, la beauté, la volupté, la liberté, la créativité, la reconnaissance, la gloire, l’argent, la sécurité, le plaisir, la justice. Tous ces mots représentent des valeurs.

    Ce qui est magique, c’est que nous partageons tous les mêmes valeurs, absolument tous les humains. Nous en avons certaines que nous classons généralement par ordre d’importance, en les hiérarchisant de la plus importante à celle qui l’est le moins.

    Une valeur, c’est pourquoi nous avons envie d’écrire ce récit là précisément, pages après pages.

    une croyance c’est comment nous le faisons, et écrire, ça s’apprend ! Les croyances sont les stratégies développées pour écrire.

    On ne change pas le pourquoi, c’est notre identité, mais on peut facilement changer le comment, en étudiant, en lisant des livres sur l’écriture, en apprenant de nouvelles techniques d’écriture.

    Par exemple, il y a beaucoup de façons différentes d’exprimer l’amour, je peux être libertine, exclusive, mariée, je peux choisir de donner mon amour à Dieu ou à un groupe de personnes quel qu’il soit. 

    Des milliers d’autres expriment la valeur “créativité”, importante pour les auteurs: je chercherai la fée inspiration, les moments de “flow”, tous ces états de grâce qui arrivent lorsqu’on crée. Vous pouvez avoir la même valeur basique que quelqu’un d’autre, mais vous allez vous crêper le chignon parce que l’autre l’exprime différemment, il a une autre croyance par rapport à une même valeur. (croyances opposées), mais attention, il n’y pas de mauvaises ou de bonnes croyances, seulement celles qui vous servent ou vous desservent. 

    C’est du pain béni pour créer vos antagonistes et les vilains de vos romans.

    Maintenant si vous en avez développé certaines, c’est qu’à un moment, elles vous ont aidé, vous en aviez besoin, afin d’atteindre un objectif précis. Mais comme vous évoluez, ces croyances, dans un autre contexte, peuvent devenir un obstacle à votre évolution. Comme si vous décidiez de conduire une voiture avec un frein à main et de continuer à conduire de cette façon.. 

    L’excellente nouvelle, c’est que vos croyances vous appartiennent et que ces croyances viennent de vous, vous êtes “responsables” de ce que vous croyez, par conséquent, vous pouvez choisir vos croyances et aussi choisir de les changer. Tout est question de pratique et d’exercices répétés.

    Et la confiance en soi dans tout ça?

    Dans la société actuelle et dans les circonstances sanitaires auxquelles nous sommes confrontés, il est facile de perdre pied, cette confiance en nous-mêmes est terriblement bousculée. Mais la solitude forcée est un joyau, une incroyable opportunité pour ceux qui veulent se lancer dans l’écriture, ou ceux qui y sont déjà occupés à rédiger leur roman.

    Sachez que plus votre estime de vous même est basse plus vous êtes facile à manipuler, vous donnez le pouvoir aux autres de vous manipuler. A l’inverse, plus vous croyez en vous, plus vous vous estimez. Alors foncez, l’écriture est révélatrice et est un formidable tremplin.

    Croire en soi c’est la capacité de savoir ce que l’on veut, à connaître ses besoins, à faire les bons choix pour soi-même. Cela ne veut pas dire écraser les autres ou se croire supérieur, mais au contraire, quand vous considérez que vous avez de la valeur, vous n’avez pas besoin que les autres le confirment pour le croire. Au plus la confiance est élevée, au plus vous êtes capables d’avoir de l’empathie, de la compassion et de partager vos connaissances avec les autres.

    Alors qu’est-ce que c'est exactement?

    C’est la distance entre l’auteur que vous croyez être et l’auteur que vous rêvez de devenir. Plus la distance entre les deux est grande et plus vous pensez que vous êtes nul et que vous n’y arriverez jamais.

    C‘est estimer le chemin entre ce que je suis aujourd’hui et ce que je veux devenir demain. Au plus on agit pour rapprocher nos valeurs et croyances, au plus la confiance en soi augmente et se stabilise. Soit mettre des stratégies en place pour l’écriture de votre roman.

    C’est être convaincu que l’on va pouvoir s’adapter à n’importe quelle situation à laquelle nous sommes confrontés.

    C’est encore, faire correspondre vos besoins avec vos valeurs et de les nourrir.

    Si ta valeur est le Plaisir, et que le besoin est d’écrire, le but est de les faire correspondre. Ce sont les croyances (stratégies) que vous allez mettre en place qui réduisent la distance entre les deux. 

    Pour oser faire quoi que ce soit il faut prendre le risque de se tromper. Ecrire et corriger ses erreurs et recommencer. Faites de l’exercice, comme on pratique un pas de danse, votre cerveau s’habituera à cette routine et l’enregistrera.

    Finalement, soit on y arrive, soit on apprend de ses erreurs et à faire mieux la fois suivante. 

    Sachez qu’il n’y pas d’échec, seulement du retour d’informations, de précieuses informations pour grandir et évoluer.

    La différence entre quelqu’un de courageux et quelqu’un qui ne l’est pas, c’est que le courageux est mort de trouille comme l’autre. Mais il ne se laisse pas paralyser par sa peur.

    La confiance en soi, c’est de toute façon un combat perpétuel contre soi-même. Mais à force de remporter des victoires, on devient plus fort…

    Aime toi toi-même, aime ton art.

    L’amour de soi est la base de la base, je sais c’est difficile, alors je vous propose de faire semblant. Vous êtes un auteur publié et vous avez votre fan club, des maisons d’édition vous contactent. Ecrivez des lettres de contrats et d’acceptation. Prenez la photo de vous qui figurera en 4eme de couverture, écrivez votre bio (ou légende personnelle dans le jargon de la formation), inventez des messages de fans qui sont heureux de lire vos livres. Accrochez ce matériel de façon bien visible, veillez à les regarder tous les jours.

    Les anglophones disent “fake it till you make it” (fais semblant jusqu’à ce que cela devienne vrai). C’est toujours une question d’exercices et d’entraînement.

    Et non ce n’est pas jouer un rôle, ni incarner un personnage que l’on est pas, c’est être déjà dans la peau de celui qui croit en lui et de l’écrivain que vous êtes déjà. 

    C’est s’inspirer d’un modèle existant et de poser les mêmes gestes et les mêmes actions, pas à pas, pour arriver à égaler ou dépasser le modèle. Regardez comment se comporte une personne qui est sûre d’elle-même, comment bouge-t-elle? Comment s’exprime t-il ou elle, que dit-elle, bref, tout ce que fait une personne qui se sent bien. Regarder les interviews d’écrivains, les émissions littéraires. Inspirez vous des auteurs que vous aimez.

    Il faut connaître ses limites, les respecter et être capable de penser au présent. Lorsqu’on angoisse, c’est que l’on projette dans le futur, quelque chose qui s’est déroulé dans le passé. Pensez vous qu’il soit pertinent de se fonder sur un truc qui n’existe plus pour arriver à une situation qui n’existe pas? 

    A partir de là agissez, parlez, bougez comme celui ou celle que vous voulez devenir.

    Il ne faut pas s’en vouloir d’un manque de confiance mais au contraire apprendre à prendre soin de soi, à faire taire les voix négatives, à les transformer en phrases positives. Acceptez cet état d’être, reconnaissez le et agissez en fonction. Pas à pas, en progressant chaque jour un peu plus.

    Oui mais je dépends quand même des autres non? 

    Oui en effet, mais il faut se rappeler que l’on est responsable de l’environnement dans lequel on évolue, responsables des personnes qui nous entourent et dont nous avons besoin pour être bien et en sécurité. Des personnes qui vous portent, vous encouragent, pas forcément celles avec qui vous vivez, ni forcément vos proches.

    Se détacher le plus possible, des situations qui nous tirent vers le bas, de la critique insidieuse. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est de l’ordre de la survie. Difficile de se débarrasser, par exemple, d’une relation toxique si on a une mauvaise estime de soi, vous vous dites sans doute que vous ne méritez pas mieux, que vous êtes trop ceci ou trop cela.

    L’estime de vous mêmes ne dépend que de vous mêmes et pas de la comparaison avec le reste du monde. Si l’on vous adresse une critique, c’est sur vos écrits, cela ne s’adresse pas à vous personnellement, et ce n’est pas votre identité qui est remise en question, mais simplement le texte que vous avez produit.

    Reprendre le pouvoir et changer les stratégies

    Le pouvoir commence avec l’estime de soi, dans le mot estime on entend, estimer, donc une évaluation de qui vous êtes,  L’estime de soi ce n’est pas ce que vous valez, cela ne dépend pas de vos possessions, de votre situation sociale, mais de qui vous êtes intrinsèquement. 

    Cela dépend de la correspondance entre vos croyances et vos valeurs. Ce pouvoir là ne dépend que de vous.

    Faites attention aux petits messages quotidiens que vous vous envoyez, c’est souvent mal exprimé et sans pitié, le vocabulaire que l’on utilise n’est pas anodin, au bout de cent messages positifs, vous augmenterez votre confiance en vous. Parlez-vous comme si vous parliez à un ami.

    Plutôt que de dire “je suis nul(le)”, changer le en “je peux devenir un meilleur écrivain”. 

    La méchante petite voix du jugement dit: “non tu n’es pas légitime, tu es un imposteur, tu n’es pas capable d’écrire, l’écriture de livres n’est pas un métier, il y a des gens qui font ça bien mieux que toi… La liste des phrases assassines de la voix du jugement est longue et désastreuse, elle ne sert personne. Je vous suggère de remplacer ces phrases par: “j’ai le droit d’être là, je suis unique, par conséquent ce que j’écris l’est aussi, personne ne racontera cette histoire d’amour avec mon point de vue”. Fabriquez les preuves dont vous avez besoin pour faire croire à votre cerveau (n’oubliez pas, il manque de discernement) Faites lui savoir que vous êtes déjà un écrivain accompli. Se parler correctement de façon positive, c’est changer de perspective et c’est devenir un meilleur auteur.

    Les besoins à combler

    Il y a probablement des choses dans votre vie que vous considérez comme des caprices et que vous vous interdisez de les réaliser, mais qui en fait, s’avèrent être des besoins fondamentaux. Le besoin de créer, de reconnaissance, sont aussi importants que manger ou dormir.

    Les basiques comme manger, dormir, se nourrir paraissent naturels…Nous mettons souvent de côté les autres besoins qui devraient être aussi des fondamentaux que les premiers, comme la détente, le temps d’intégration, le sentiment d’appartenance (nous avons un groupe Facebook, là nos auteurs se retrouvent et se soutiennent, s’encouragent) ou encore se donner du temps pour écrire. L’idée c’est de tenir compte de ces besoins et de les satisfaire tous les jours, comme on se brosse les dents ou lorsqu’on prend sa douche, ils doivent devenir aussi inconscients que les besoins fondamentaux parce qu’ils sont tout aussi nécessaires. Si vous mettez en place ces habitudes régulières d’écriture, je vous garantis que la confiance en vous remontera, et cela de façon mécanique. La pratique est le meilleur enseignement. 15 minutes par jour d’écriture, c’est facile à mettre en place.

    Soyez en paix avec votre présent, parce que c’est au présent que toute la vie se passe. C’est ici et maintenant.

    Donnez-vous du temps pour pratiquer une activité dans laquelle vous êtes très bon, on a tous quelque chose dans lequel on excelle, un dérivatif qui recharge nos batteries. Tricoter, marcher, cuisiner, collectionner des timbres, skier, sauter à la corde, danser, à vous de choisir, et faites le cinq à dix minutes par jour. Ce sera l’amorce de ce qui va vous permettre d’être dans l’état d’esprit d’une personne qui est sûre d’elle. De reproduire cet état mental dans votre routine journalière.

    Exercices et astuces pour une confiance boostée

    Un petit truc volé à Tony Robbins, excellent coach en développement personnel: 

    agissez sur votre physiologie, sur votre physique. Prenez une grande respiration, les épaules vers l’arrière, relevez votre menton, regardez droit devant et marchez, parlez avec aplomb, comme l’écrivain célèbre que vous êtes. 

    C’est le comportement non verbal d’une personne qui a confiance en elle. Pour preuve, quand vous êtes dans cette position, essayez de dire que vous êtes déprimé, c’est impossible, sans en rire.

    Autre conseil: Installez un ancrage, en PNL (programmation neuro linguistique, sous ce nom barbare se cache des outils géniaux de développement personnel), outils de coaching que nous utilisons dans la formation. Nous créons ce qu’on appelle un ancrage qui permet de se trouver instantanément dans l’état d’esprit que l’on désire, inspiré par vos expériences personnelles passées. 

    Cherchez une situation dans votre vie, un moment où vous étiez totalement en confiance, sûr de vous, si c’est en rapport avec l’écriture tant mieux, mais ce n’est pas nécessaire. Ne dites pas qu’il n’y en a pas, c’est faux! Cela peut être un moment où vous avez dû parler en public, une recette réussie, une course à pied, un dessin, l’aide à quelqu’un d’autre, une action dont vous êtes fier….N’importe quel moment fera l’affaire si c’est un moment où vous étiez sûr de vous.

    Visualisez ce moment et ressentez tout ce qui s’y est passé, ce que vous avez vu et entendu, les odeurs, les parfums ou même le goût qui accompagnaient ce moment. Fermez les yeux, lorsque vous êtes complètement immergé dans ce moment, créez un geste qui vous rappellera les sensations que vous avez éprouvées à ce moment là, par exemple, serrez le poing, poser la main sur votre bras, sautez en l’air si cela symbolise la situation, et restez dans ce geste quelques secondes. Oubliez le pour une heure, et ensuite, faites le geste que vous aviez choisi. Vous ressentirez instantanément la même énergie et le même dynamisme. Vous pourrez l’utiliser dans toutes les situations qui requièrent une confiance en vous immédiate. C’est juste magique ! 

    Si cela vous semble difficile ou douloureux, ne vous inquiétez pas, cet accompagnement est compris dans la formation « Écrire un Livre Accrocheur”. L’équipe est là pour vous aider à dépasser les obstacles et à reprendre confiance en vous et en vos capacités. Nos coaches peuvent vous aider à écrire l’histoire de votre vie, à la publier et à la vendre sur Amazon. Nous vous proposerons des exercices et un accompagnement personnalisé, vous apprendrez à conduire, en déverrouillant le frein à main !

    Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à la conférence en ligne gratuite que je donne sur l’écriture, il vous suffit de vous inscrire en CLIQUANT ICI

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Retour haut de page