Comment créer des personnages secondaires irrésistibles

Vous avez consacré tout votre cœur et toute votre âme à votre héros et, espérons-le, à votre antagoniste, mais qu’en est-il du reste de vos personnages ?

Créer des personnages secondaires qui sont entiers et pas seulement des caricatures est plus facile à dire qu’à faire. Dans cet article, vous verrez comment créer des personnages forts, rendant votre protagoniste encore plus charismatique et qui ajoutent une dimension à l’univers que vous aurez créé.

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Qu’est-ce qu’un personnage secondaire ?

    Le personnage secondaire est plus qu’un simple personnage. Il ou elle est nécessaire à l’histoire parce que ce personnage révèle des détails clés, motive le protagoniste, déjoue le protagoniste ou aide à définir le cadre de l’histoire.

    Il interagit presque toujours avec le protagoniste à un certain niveau, que ce soit par le dialogue ou un souvenir que le protagoniste a de ce personnage secondaire.

    Il est aussi chargé de faire avancer l’histoire d’une manière ou d’une autre. Il peut révéler certains détails sur le héros ou le monde dans lequel il vit. Il peut inspirer le protagoniste à faire quelque chose d’héroïque ou de stupide. Il peut s’opposer au protagoniste (sans être nécessairement un méchant), l’empêchant d’accomplir une tâche.

    Seulement voilà, vous pouvez vous retrouvez face aux problèmes suivants :

    Mes personnages secondaires se ressemblent tous…

    Mes personnages secondaires se ressemblent tous et je finis même par les mélanger, par extension mes lecteurs aussi, ils finissent par trouver le récit global plat…
    et ils me postent des commentaires assassins…

    Pourtant

    Dans toutes les histoires qui marquent, dans les livres dont on se souvient, les personnages secondaires sont une clef absolument essentielle.
    Que serait Game of Throne sans Thyrion Lannister ?
    Star Wars sans Han Solo ?
    Suits sans Louis Litt ?
    Ou la Casa de Papel sans le Professeur ? 
    Frodon serait-il arrivé à détruire l’anneau sans Sam Gamegie ? Ou même sans l’aide de Gollum ?

    Seulement voilà

    Notre cerveau est conditionné pour nous donner toujours le même type de personnage.
    Un type unique. Nous sommes limités dans les variations que l’on peut créer spontanément.

    Ce qu’on vous dit

    En termes de conseils d’écriture, on entend souvent dire : « Fais une liste de caractéristiques pour créer des personnages impactants, ou encore faites des fiches personnages ». Et nous voilà partis à noircir des pages en parlant d’âge, de sexe, de vêtements, de tics…

    On a l’impression de construire quelque chose de solide, mais cela revient à mettre de la peinture rouge sur une deux-chevaux et la traiter de Ferrari.

    Ce qu’on ne vous dit pas

    Les personnages secondaires sont les piliers, positifs ou négatifs, sur lesquels reposent les mécanismes de l’histoire. Un bon personnage secondaire possède au moins quatre dimensions :

    1) son rôle dramaturgique
    2) son rôle thématique
    3) sa dimension archétypale
    4) sa personnalité propre

    Tout le reste n’est que du garnissage.

    Rôle dramaturgique

    C’est le rôle que porte parfois un personnage secondaire dans le récit principal.
    Il va faire une action, ou aura une réaction, qui va totalement changer le cours du récit.
    Bien évidemment, cette fonction doit être préparée au préalable dans votre plan d’histoire.
    Ex : Gollum qui permet de détruire l’anneau unique à la fin (même si c’est involontaire). 

    Rôle dramaturgique : exemple

    Dans le Seigneur des Anneaux, Gollum permet de détruire l’anneau unique à la fin.
    Son besoin de récupérer l’anneau est sa caractéristique principale. On sait également qu’il a une part d’Ombre fondamentale : il a déjà tué pour l’acquérir.
    Explique le retournement de situation final, où il trahit le porteur de l’anneau qu’il aidait jusqu’à présent (mais avec l’intention manifeste de le tuer pour le voler).

    Rôle thématique

    Dans tout récit, il y a un thème principal. La quête du héros est l’illustration du point de vue de l’auteur sur la thématique.
    La thématique est la cohérence cachée du récit.
    Tous les personnages secondaires sont une des différentes illustrations de la thématique.
    Aucun personnage n’est là par hasard.

    Rôle thématique : exemple

    Dans les Mondes de Ralph, la thématique principale est liée au fait de pouvoir se faire des amis. Ralph, le héros, est un méchant. Par essence, il ne peut pas avoir d’amis.
    Vanellope, la petite peste qui lui vole sa médaille devient finalement sa meilleure amie.
    Félix, son antagoniste initial dans le jeu, est loyal, et représente le compagnon de route, celui qui arrange toujours les choses. Taffyta représente la camarade de classe, celle qui le harcèle dans la cour de l’école, premier endroit où on se fait des amis.

    Rôle archétypal

    Dans les meilleures histoires, les personnages incarnent des archétypes.
    Ce sont des stéréotypes que le cerveau de votre lecteur va immédiatement identifier.
    Il va aussitôt leur associer des émotions et des symboles.
    => la construction du personnage est immédiate, et réside dans l’inconscient.
    Ce sont des passages obligatoires lorsqu’on utilise le chemin du héros en tant que structure.

    Quelques exemples d’archétypes courants

    Le mentor : figure paternelle autoritaire et incitant à l’aventure : Gandalf dans le Seigneur des Anneaux, tous les professeurs, en général…
    Le métamorphe, archétype qui « retourne sa veste » en cours de récit : Toutes les femmes fatales, tous les personnages qui trahissent le héros, quel que soit le motif.
    L’ombre : l’antagoniste, la personne contre laquelle lutte le héros.
    Il y a 12 archétypes à exploiter, avec des actions spécifiques pour chacun d’eux.

    La personnalité propre

    Il est absolument indispensable de travailler les profils de personnalité pour donner de la crédibilité à vos personnages. Pour cela vous pouvez vous aider en suivant certains tests de personnalité, ou des descriptions de caractères en trois dimensions, ces modèles sont multiples comme le MBTI, le process Communication ou encore l’Ennéagramme…

    Exemples de personnalité propre

    J’ai un faible pour l’ennéagramme, parce qu’il est un des rares à donner la personnalité en temps « normal », et à donner également des pistes d’évolution lors des temps de crise.
    Il expose neuf profils de personnalités, qui donnent les réactions systématiques des personnages en toute situation, un raccourci tellement plus facile pour l’auteur !
    Vos personnages deviennent réels.

    Pensez au fait que

    Nous sommes tous conditionnés à toujours écrire les mêmes personnages. Pour que nos personnages secondaires soient correctement travaillés, ils doivent avoir au moins 4 dimensions propres qui sont les suivantes :

    • Une dimension dramaturgique
    • Une dimension thématique
    • Une dimension archétypale
    • Une personnalité

    C’est ainsi que l’on peut créer des personnages secondaires crédibles, vivants… et que les lecteurs adorent !

    Donnez-leur un passé

    Cela peut sembler exagéré, mais vos lecteurs vous remercieront. En donnant un passé, une histoire à chaque personnage au début, ils seront plus crédibles. Ils ne seront pas seulement bons ou mauvais, mais un mélange des deux – c’est ce qui les rendra vivants.

    Vous garderez probablement 90 % de leur histoire pour vous, mais rien qu’en sachant ce qui les motive ou encore, ce qu’ils ne feraient jamais, vous êtes assuré d’avoir un être vivant pluridimensionnel.

    Je dirais même plus, dévoilez en un minimum. La plupart de ce que vous écrirez sur lui est uniquement pour vous. C’est le cas de JK Rowling qui développe longuement ses personnages secondaires.

    Ne soyez pas trop minutieux non plus. Les personnages secondaires sont souvent utilisés comme outils pour développer l’histoire de votre héros. Si vous vous laissez distraire et ajoutez beaucoup de détails superflus sur ces personnages, cela peut brouiller les pistes. Le lecteur sera confus. Votre histoire sera difficile à comprendre.

    Gardez toujours à l’esprit la vue d’ensemble et demandez-vous si ce personnage secondaire sert à étoffer votre récit ou s’il détourne l’attention de votre lecteur.

    Ne les rendez pas tous, bons ou méchants, personne, pas même votre véritable ennemi juré, n’est tout le temps mauvais. En fait, ils pensent probablement qu’ils sont de bonnes personnes. C’est tellement plus intéressant de rencontrer des personnages qui sont gris, plutôt que noir ou blanc.

    Ne créez pas trop de personnages

    Parce que les personnages secondaires sont amusants à écrire, il est facile de se laisser emporter. Vous pouvez vous retrouver à en écrire beaucoup plus sur eux, ce qui ne servira pas forcément votre histoire.

    Bien que vous ayez une assez bonne idée de qui est chaque personnage dans votre esprit, pensez à votre cher lecteur. Il ne les connaît pas comme vous, et suivre un grand nombre de personnages secondaires peut être déroutant.

    Si vous avez déjà lu un livre et que vous vous êtes retrouvé à feuilleter quelques pages pour vous rafraîchir la mémoire sur un personnage en particulier, vous comprendrez cette frustration.

    Donnez-leur des noms distincts

    Pas de Maria et Mariah ou Jimmy et Johnny. Aidez votre lecteur à rester dans le « présent » de votre histoire en donnant à chaque personnage, un nom qui ne peut pas être confondu avec quelqu’un d’autre.

    Combinez des personnages qui remplissent une fonction similaire en une seule personne. Vous ne pourrez peut-être pas le faire dans la vraie vie, mais vous le pouvez certainement dans l’univers que vous avez créé. Cela peut sembler être une perte de temps, mais d’un autre côté, vous renforcez en fait les personnages secondaires restants en ajoutant plus de dimension à leur existence. 

    Utilisez-les pour magnifier le héros

    Tous vos personnages secondaires ont un seul objectif : souligner les actions de votre héros. Ce ne sont pas simplement des bruits de fond. Chaque personnage secondaire doit soit soutenir, soit opposer une résistance à votre héros.

    Vous pouvez utiliser le personnage secondaire pour « montrer » les événements clés de l’histoire sans passer en « mode narrateur » où pour expliquer pourquoi quelque chose se passe. 

    Utilisez-les pour illustrer votre thématique et votre univers

    Vous avez construit un monde, peut-être même dystopique. Les personnages secondaires aident à donner le ton, l’ambiance, les décors, les opinions divergentes, ils rendent votre monde vivant, crédible. 

    Chaque personnage créé vous donne l’occasion de faire passer la thématique, le rôle, parce qu’ils ont chacun une perspective unique sur le monde.

    Ils doivent avoir une raison d’être

    Sinon ils sont inutiles et chargent votre histoire avec des détails que votre lecteur n’a pas forcément envie de connaître ou le détourne de l’intrigue. 

    Les quelques conseils de Margaret Atwood pour écrire des personnages secondaires

    Margaret Atwood est connue pour des œuvres comme La Servante écarlate ou Le Tueur Aveugle, entre autres. Voici quelques précieux conseils de cette auteure sur l’écriture des personnages secondaires :

    1. Vos personnages secondaires sont formés par leurs expériences de vie. Caractères et événements sont inséparables, car une personne est ce qui lui arrive. Cela vaut aussi bien pour les personnages principaux que pour les personnages secondaires. Même si un personnage secondaire n’apparaît que sporadiquement tout au long de votre roman, nouvelle ou scénario, les personnages secondaires existent dans la mesure où ils vivent des événements.
    2. Ces personnages sont en trois dimensions, tout comme les personnages principaux. Votre travail en tant qu’écrivain consiste à en apprendre davantage sur votre personnage en observant comment il interagit avec le monde qui l’entoure. Les personnages – comme de vraies personnes dans la vraie vie – ont des passe-temps, des animaux de compagnie, des histoires, des ruminations, des bizarreries et des obsessions. Ils ont aussi une trame de fond, tout comme le protagoniste. Il est essentiel pour votre roman que vous compreniez ces aspects afin d’être équipé pour comprendre comment ils peuvent réagir sous la pression des événements qu’ils rencontrent.
    3. Gardez une trace de vos personnages secondaires avec un tableau des personnages. Lorsque Margaret écrit, elle crée un tableau de personnages sur lequel elle nomme chacun d’entre eux avec, son anniversaire, les événements mondiaux qui pourraient les concerner. De cette façon, elle garde une trace de l’âge des personnages les uns par rapport aux autres, ainsi que de leur âge au moment où certains événements fictifs ou historiques se sont produits. 
    4. Rendez vos personnages intéressants. Les personnages, comme les gens, sont imparfaits. Ils n’ont pas besoin d’être sympathiques, mais ils doivent être intéressants. Par exemple, le capitaine Achab de Moby-Dick n’était certainement pas sympathique, mais il était convaincant, et c’est ce à quoi se réfère Margaret pour écrire des personnages. Parfois, les seconds rôles sont ceux avec lesquels il est le plus facile de repousser les limites. Vous devez viser à créer un personnage intéressant qui encourage ou contrecarre directement l’objectif du protagoniste.
    5. Chaque personnage doit s’exprimer en ayant un objectif en tête. Lorsque vos personnages parlent, ils doivent essayer d’obtenir quelque chose l’un de l’autre ou établir un jeu de pouvoir. Au fur et à mesure de la rédaction de chaque scène, demandez-vous ce que vos personnages essaient d’obtenir. Qu’est-ce qu’ils essaient d’éviter ? Comment ces désirs infléchissent-ils leur discours et guident-ils ce qu’ils disent ou ne disent pas ? Lorsque vous composez un dialogue pour vos personnages secondaires, gardez à l’esprit leurs rôles de personnage dans votre scénario principal (ainsi que dans toutes les intrigues secondaires). Utilisez leurs conversations efficacement pour contribuer à la construction du monde, au développement du personnage et à l’escalade de l’intrigue.
    6. Prenez le temps de bien écrire vos dialogues. Pour bien dialoguer, vous devez comprendre comment vos personnages parlent. Ils sont probablement influencés par leur origine, leur classe sociale, leur éducation et une myriade d’autres facteurs. La parole et le ton sont toujours liés à ce qui s’est passé et arrive à un personnage. Shakespeare était exceptionnellement habile à rendre le discours de ses personnages avec leurs marqueurs sociaux. Dans votre propre histoire, si le personnage principal est du Canada et que son meilleur ami est de Paris, leur dialogue ne devrait pas sonner de la même manière. Leur vision du monde et leurs traits de personnalité seront distincts, leur façon de parler également. 
    7. Surprenez vos lecteurs avec des personnages secondaires imprévisibles. Margaret Atwood veut des personnages qui la surprennent, elle et ses lecteurs. Elle relie cela à l’histoire évolutive des humains : nous n’avons pas à prêter attention aux choses qui sont stables. Mais quand quelque chose d’inattendu se produit – le loup sort des bois – nous prêtons attention. Nous restons vigilants. Trouvez des moyens de renverser les attentes de vos lecteurs sur ce que font les personnages secondaires et tertiaires dans un roman, une nouvelle ou un film. Placez vos personnages secondaires dans des scénarios que votre public n’aurait pas pu voir venir. 

    Utilisez les twists, préparation de paiement, les cliffhangers, usez du « montrer et ne pas dire »

    Bon amusement ! et Go Go Go ! 

    Nous avons tous les outils dont vous pouvez avoir besoin pour écrire une histoire palpitante : une structure solide expliquée pas à pas, comment créer des personnages remarquables, comment créer un univers… Des coaches qui sont à votre écoute et vous suivent avec bienveillance, bref donner vie à votre rêve…

    Si cela vous intéresse, il vous suffit de vous inscrire à la conférence en ligne que je donne sur l’écriture en CLIQUANT ICI

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Retour haut de page