Interview de Jacques Vaudroux, auteur de roman

Jacques Vaudroux est un auteur auto-publié, qui a sut trouver son public. Son succès est tel qu’il a été contacté par la maison d’édition d’Amazon, Amazon Publishing, pour faire partie de la collection Amazon Crossing. Dans cette collection, les auteurs à succès sont traduits en anglais et promus par Amazon

.

L’AUTEUR

1) Présentez-vous en 5 mots :

Un auteur qui aime raconter

2) Combien de livres avez-vous publié ?

Cinq livres en français, et mon épouse en a publié un sur notre aventure éditoriale

3) Dans quel genre ?

De la fiction. Trois romans de type thriller, avec un fond de fantastique, (Multiplication, les Pierres Couchées et Au Cœur du Solstice) une nouvelle (Décollage Imminent) et une histoire pour enfants (l’Arbre à Chocolat)

4) Des projets en vue dont vous voudriez parler ?

Je suis en train de terminer un nouveau roman, dans la même veine que les précédents. Thriller, action, suspense…

5) Quel est votre rapport avec l’auto-édition ?

Elle a permis à Jacques Vandroux de sortir du disque dur de son ordinateur personnel. Avec mon épouse, qui est au cœur de notre aventure éditoriale, nous avons découvert ce monde pas à pas, sans trop croire au succès au démarrage, mais avec un enthousiasme grandissant. Pour nos livres en français, nous continuons sur ce même mode d’édition. Si un jour un éditeur majeur venait à notre rencontre, je ne dis pas que nous ne serions pas attentifs à ses propositions…

TECHNIQUES

6) Les trois meilleurs livres que vous avez lus, et la raison pour laquelle vous les avez aimés

Voici une question que l’on ne m’a jamais posée comme ça, mais très intéressante. Je ne sais pas si ce sont les meilleurs, mais ce sont des livres qui m’ont marqué.

A tout seigneur, tout honneur :

1- « La gloire de mon Père » de Marcel Pagnol.

Quand je suis descendu pour la première fois en Provence, j’avais quinze ans, mais je la connaissais déjà. J’avais une douzaine d’années quand j’ai découvert ce livre, et j’ai du le relire près d’une dizaine de fois. C’est le seul roman que j’ai autant lu. Pagnol a une faculté à rendre ses personnages humains que je trouve fantastique. On vit avec eux à Marseille ou dans les collines, on goûte la chaleur du soleil et on respire l’odeur de la garrigue. Un livre contre le vague à l’âme.

2- « Les rivières pourpres » de Jean-Christophe Grangé.

J’ai été saisi par le style de Grangé, vif, précis, violent, ainsi que par ses personnages, toujours à la marge. Je pense que c’est le livre qui m’a vraiment donné envie d’écrire quelque chose et qui a « inspiré » les Pierres Couchées, même si le thème et le style en sont fort différents.

3 – La Bande Dessinée

J’ai tellement d’autres titres de livres en tête, que je bascule vers la bande dessinée. J’en suis un grand amateur, et des séries comme XIII ou Thorgal ont occupé nombre de mes heures. Mais la série que je positionnerai en troisième choix est « la complainte des landes perdues », de Dufaux. Une histoire qui se déroule au premier millénaire dans un pays qui ressemble à l’Irlande, sur fond de légendes celtiques. Un dessin splendide au service d’une histoire qui prend le temps de donner de la consistance aux personnages.

7) Avez-vous des trucs, des techniques pour accrocher vos lecteurs, et que vous voulez partager avec les auteurs (débutants ou non)?

Je risque d’en décevoir certains, mais j’écris ce que j’aurais envie de lire. Mes personnages vont m’aider à écrire le scénario, et c’est une partie de mon plaisir : voir l’histoire évoluer au fur et à mesure de l’écriture. Evidemment, arrive un moment où il faut donner de la cohérence à l’ensemble, mais je suis à l’opposé des auteurs qui n’attaquent pas la première ligne avant d’avoir le scénario totalement ficelé. Il parait que c’est ce qu’il faut faire.

Mon « truc », c’est de me faire plaisir en écrivant. D’ailleurs, quand j’ai du mal sur un chapitre, il finit souvent à la trappe.

8) Qu’est-ce qui vous séduit le plus dans un bon livre ?

Le style, je pense : vocabulaire, simplicité, rythme.

9) Comment sélectionnez-vous les livres que vous lisez ?

La plupart du temps, je lis les livres que l’on m’offre, que l’on me prête ou que l’on me conseille. Cela permet de découvrir des œuvres que je n’aurais pas pensé à acheter. Plus jeune, je tapais en vacances dans la bibliothèque (ou malle de livres, au choix) familiale, pleine des ouvrages déposés par tous les lecteurs précédents. Je pense que le bouche à oreille est un excellent moyen pour sélectionner un titre.

10) Qu’est-ce que vous recherchez lorsque vous commencez un livre ?

Avoir un sentiment de manque quand je l’aurai terminé…

11) Qu’elles sont les techniques d’accroche que vous trouvez les plus maladroites (les plus « grosses ficelles ») ?

Je pense que la répétition peut rendre certaines techniques maladroites. Une romancière américaine a eu un gros succès il y a quelques années avec des romans à suspense. J’avais bien accroché au début, mais quand vous aviez compris que le personnage le plus innocent au départ était systématiquement à la fin un dangereux psychopathe, les scénarios devenaient lassants. Mais il est très difficile pour un auteur de se renouveler. On a oublié le livre écrit dix ans plus tôt alors que le lecteur l’a peut-être découvert le mois précédent.

POUR PROGRESSER

12) Quel conseil auriez-vous aimé que l’on vous donne lorsque vous avez débuté ?

Relis-toi au fur et à mesure de l’avancement. Entre un texte que l’on pense corrigé (orthographe, style, répétitions de mots) et un texte vraiment terminé, il y a un monde. Ma femme a passé des nuits à relire « les Pierres Couchées », alors que nous en avions déjà sorti une première version. Je l’en remercie encore.

13) Quel a été le plus gros écueil qu’il vous a fallu surmonter lorsque vous avez écrit votre premier livre? (mais non, ce n’est pas tout à fait la même question…)

Ne pas abandonner en cours de route. Je n’avais aucune prétention à la publier et je l’écrivais pour moi et quelques proches. Cela a pris trois ans. Heureusement qu’ils ont été là pour me pousser par moments.

14) Avez-vous été déjà été surpris par un succès ou une absence de succès d’un de vos écrits ? Avec le recul, à quoi l’imputeriez-vous ?

Le mot « surprise » pour le succès qu’ont connu les livres est faible. Quand vous sortez de nulle part et que vos livres, sans aucun support extérieur autre que quelques achats de proches bienveillants (une petite dizaine) atteignent la première place du Top Amazon, vous vous demandez ce qui vous arrive… A quoi imputer ce succès ? Je pense que le thème du livre a plu, un mélange de suspense, de fantastique. Par ailleurs, le prix est peut-être un facteur qui a joué : plus de six cents pages pour 2,99 €, cela pouvait tenter le lecteur curieux.

POUR TERMINER

15) Où peut-on trouver vos livres ? Où peut-on vous suivre sur internet ?

Les livres sont disponibles sur la plateforme Amazon pour tous les titres, aussi bien en version papier qu’en version numérique :

http://www.amazon.fr/Jacques-Vandroux/e/B007JXZEYS/ref=ntt_athr_dp_pel_1

La plupart sont aussi disponibles sur Kobo, iTunes et Google-play, mais uniquement dans leur version numérique

Sur internet, mon épouse tient régulièrement à jour un blog et une page facebook

www.jacquesvandroux.blogspot.fr

One thought on “Interview de Jacques Vaudroux, auteur de roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *