Interview d’auteur : Chris Simon

lacan et la boite de mouchoirs

L’AUTEUR : Chris Simon

Un grand merci à Chris Simon, qui s’est prêtée elle aussi au jeu de l’interview.
Avec plus de 2500 livres vendus pour une seule de ses œuvres (Lacan et la Boite de Mouchoirs), cette auteur franco-américain est en train de se faire une renommée respectable. Voici son interview.
Petit mot de l’auteur avant de commencer : Merci pour cette invitation. Cela m’a permis de découvrir ton blog dont les articles (notamment Neurones Miroirs : l’inférence et la conceptualisation des situations) m’ont vraiment captivés.

1) Présentez-vous en 5 adjectifs
Persévérante, incertaine, idéaliste, créative, fantaisiste.
2) Combien de livres avez-vous publié ?
Si je compte la série Lacan et la boîte de mouchoirs en séances, j’en ai publié 16 en auto-édition et deux chez des éditeurs La Bourdonnaye et Publienet et tout ça en l’espace de trois ans.

3) Dans quel genre ?
Je n’ai pas un genre particulier, mais je peux dire que ce qui m’intéresse, c’est la psychologie : comment les gens arrivent à croire ce qu’ils croient, comment leur vie leur échappe ou pas… Jusqu’ici j’ai écrit du court : nouvelles, séries, mais je prépare mon premier vrai roman.

4) Des projets en vue dont vous voudriez parler ?
Oui, mon prochain roman, Judaïc Park, qui me semble être d’actualité, j’y travaille depuis deux ans. Pour les lecteurs que ça intéresse, je propose les deux premiers chapitres gratuitement avant sa sortie en fin d’année. Il suffit de s’inscrire à ma NewsLetter : http://eepurl.com/AsPBj, et une nouvelle série, cette fois chez un éditeur, sur laquelle je suis en train suer, au lieu de passer mes journées allongée sur la plage ! 😉

5) Quel est votre rapport avec l’auto-édition ?
Un excellent rapport. Nous nous aimons. J’y trouve la liberté dont j’ai besoin. Je suis quelqu’un qui pratique le longlife learning depuis l’enfance, c’est donc parfait pour moi. J’apprends tous les jours de nouvelles choses.

TECHNIQUES

6) Les trois meilleurs livres que vous avez lus, et la raison pour laquelle vous les avez aimés
The bluest eye (L’œil le plus bleu) de Toni Morrison parce que la fin vous prend aux tripes, vous fait pleurer vraiment, pas des petites larmes, non, des sanglots, d’autres de ses livres aussi comme Beloved, mais, j’ai une véritable admiration pour ce premier livre de Toni Morrison.
Lolita de Vladimir Nabokov pour la musicalité, mais surtout pour l’humour et l’ironie dévastatrice et jubilatoire de ce roman indémodable.
Et pour finir, To the Lighthouse (Le Phare ?) de Virginia Wolf. J’aime tous ses livres, j’en aime la musicalité extraordinaire, mais dans celui-ci, il y a un personnage, Lily Briscoe, dont je suis fan, oui, j’aimerais bien rencontrer cette peintre. C’est un livre sur la création, la place de la femme dans la société. Lily Briscoe est un personnage de fiction et pourtant pour moi elle existe vraiment.
7) Avez-vous des trucs, des techniques pour accrocher vos lecteurs, et que vous voulez partager avec les auteurs (débutants ou non)?
Je crois que si ce que vous écrivez vous intéresse et continue d’attisez votre curiosité, le lecteur sera intéressé. Les techniques d’écriture sont comme les techniques pour faire l’amour, on s’en lasse assez vite, non ? 😉 L’écriture comme l’amour se nourrissent de magie et de vérité !
Dis la vérité, c’est le conseil que m’a donné Robert McKee, et je le suis autant que possible.

8) Qu’est-ce qui vous séduit le plus dans un bon livre ?
Quand la forme sert le fond d’abord, ensuite des personnages auxquels je peux croire et une bonne structure narrative innovante ou pas.

9) Comment sélectionnez-vous les livres que vous lisez ?
Je lis beaucoup sur les recommandations d’auteurs dont j’aime les œuvres et d’amis en qui j’ai confiance, question goût. Avec ma liseuse, j’essaie aussi beaucoup au hasard, je lis les premiers chapitres de romans ou les premières pages d’une nouvelle et je sais de suite si c’est pour moi ou pas. 😉

10) Qu’est-ce que vous recherchez lorsque vous commencez un livre ?
J’aime avoir l’impression que l’auteur sait où il m’emmène, qu’il maitrise un minimum la langue dans laquelle il écrit et qu’il soit capable de me surprendre, de me faire voyager intellectuellement et mentalement, émotionnellement aussi. Bref qu’il y ait un univers et du mystère…

11) Qu’elles sont les techniques d’accroche que vous trouvez les plus maladroites (les plus « grosses ficelles ») ?
Il y en a plein, elles sont parfois amusantes et elles fonctionnent pour la plupart des lecteurs. Peut-être qu’on reconnaît un auteur qui a du style à sa première phrase, parce que si elle sort d’un cliché, le lecteur éprouve alors une autre satisfaction que celle d’être en sécurité. Le cliché, c’est la sécurité, on ne peut donc pas entièrement le condamner. L’être humain aime la sécurité, non ? Je vous donne une première phrase que j’ai lue dernièrement :
Personne ne connaissait sa réelle identité.
Vous avez l’impression d’être chez vous, non ? 😉 Qu’est-ce que vous en pensez ?

POUR PROGRESSER

12) Quel conseil auriez-vous aimé que l’on vous donne lorsque vous avez débuté ?
Écris, tant que tu écris tu gagnes la bataille, tu es toujours dans la course de l’écriture… Je veux dire par là que c’est l’acte d’écrire qui compte, le chemin que l’on trace avec ses mots… On m’a donné ce conseil beaucoup plus tard. C’est l’un des meilleurs que l’on m’ait donnés, car on apprend à écrire en écrivant.
13) Quel a été le plus gros écueil qu’il vous a fallu surmonter lorsque vous avez écrit votre premier livre (mais non, ce n’est pas tout à fait la même question)?
Je doute beaucoup, le doute est nécessaire, mais parfois il prend des proportions démesurées et tourne à la négativité. Difficile à combattre, la négativité n’est pas invincible, je crois que je l’ai terrassée 😉

14) Avez-vous déjà été surpris par un succès ou une absence de succès d’un de vos écrits ? Avec le recul, à quoi l’imputeriez-vous ?
Oui complètement. Je croyais énormément en mon recueil de nouvelles, Le baiser de la mouche, dans lequel je pense se trouvent quelques-unes des meilleures nouvelles que j’ai écrites jusqu’à aujourd’hui, or il se vend plutôt mollement. Au contraire, je ne pensais pas que Lacan et la boîte de mouchoirs aurait le succès que la série rencontre quand j’ai publié la première séance.
Avec le recul, je reconnais que les nouvelles en France ne se vendent pas, c’est un marché de niche. Pour ma série, je ne sais pas, je ne pensais pas que les lecteurs s’intéresseraient à la psychanalyse particulièrement. Peut-être que c’est le côté feuilleton, inscrit dans la durée qui fait que la série est de plus en plus connue et lue. Ça reste un petit succès (je viens de dépasser les 2500 copies vendues/an). Le succès est une sorte d’accident.

POUR TERMINER

15) Où peut-on trouver vos livres ? Où peut-on vous suivre sur internet ?
Tous mes livres sont sur Amazon (numérique et Papier), Kobo, Fnac, iBookStore et sur Nook Book. On trouve plein d’infos et tous les liens d’achats pour mes livres sur mon site : http://www.ebookbychrisimon.com/ et mes livres chez les éditeurs sur le site Publienet et La Bourdonnaye.
Pour ceux que l’auto-publication intéresse, j’ai créé un magazine Le Mag des Indés, qui rassemblent les meilleurs billets, tutos, techniques d’écritures, utilisation des réseaux sociaux, retours d’expérience : http://www.scoop.it/t/publier-en-numerique

2 thoughts on “Interview d’auteur : Chris Simon

  1. Pingback: Interview d’auteur : Chris Simon | Le Mag...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *