Cerveau, douleur et empathie : si t’as mal, j’ai mal

Connaissez-vous le réseau de partage de la douleur ? Il se trouve que le cerveau humain comporte plusieurs zones qui sont activées par la douleur. Je ne rentrerais pas dans les détails anatomiques que je laisse aux neurobiologistes. Si vous y tenez vraiment, les zones impliquées sont proches du système limbique et du cortex cérébral (Morisson et al), deux zones qui sont liées aux émotions, à la mémoire et à l’analyse. Je ferais probablement un post sur les structures anatomiques du cerveau (si ça s’avère nécessaire… et promis, juste les parties dont on peut se servir!).

Ce qui intéressant à savoir, c’est que ce réseau est activé lorsque les personnes ressentent des douleurs physiques, mais également lorsque qu’ils sont témoins de la souffrance physique d’autres personnes.

Ce phénomène de réponse cérébrale identique est lié à un type de neurone particulier, qui a été nommé les neurones miroirs. Ils ont été découverts en 1999 par William Hutchison (Hutchison et al ; Marshal). C’est un des sujets chauds de la communauté scientifique en ce moment (et oui, la mode existe aussi en science!).

Qu’est-ce qu’il est intéressant de savoir, pour nous, apprentis écrivains ? D’abord, que la réponse du cerveau humain est identique, que la douleur soit réellement subie, ou simplement évoquée. C’est la base de l’empathie : on ressent la douleur de l’autre en étant seulement témoins. Ce mécanisme est atavique, il a permis la construction de stratégies de survies efficaces. Si on fait partie d’un groupe, et que chacun fait ce qu’il peut pour protéger les autres au même titre que soi-même, l’avantage évolutif est évident. Il suffit donc d’être capable d’évoquer correctement la douleur de l’autre pour la faire ressentir à notre lecteur.

Ensuite, les régions qui sont concernées par les douleurs physiques ne sont pas celles qui sont impliquées dans la réponse aux douleurs émotionnelles (Bruneau et al; Corradi-Dell’Acqua et al). Même si on regroupe les deux sous le même terme, à stimulus différent, réponse cérébrale différente. Bonne nouvelle!  Voilà deux nouvelles pistes pour « parler au cerveau » de notre lecteur.

Dans des prochains post, je passerais en revue les différents types d’émotion, leur potentiel d’empathie, et les différents moyens de s’adresser à l’émotion des lecteurs.

Sources :

Bruneau E, Dufour N, Saxe R (2013) How We Know It Hurts: Item Analysis of Written Narratives Reveals Distinct Neural Responses to Others’ Physical Pain and Emotional Suffering. PLoS One. 2013 Apr 26;8(4)

Corradi-Dell’Acqua C, Hofstetter C, Vuilleumier P (2011) Felt and seen pain evoke the same local patterns of cortical activity in insular and cingulate cortex. The Journal of Neuroscience 31: 17996–18006.

Hutchison WD, Davis KD, Lozano AM, Tasker RR, Dostrovsky JO. (1999) Pain-related neurons in the human cingulate cortex. Nat Neurosci. 1999 May;2(5):403-5.

Marshall J. (2014) Mirror neurons. Proc Natl Acad Sci USA. 2014 May 6;111(18):6531

Morrison I, Downing P (2007) Organization of felt and seen pain responses in anterior cingulate cortex. Neuroimage 37: 642–651.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *